Les meilleures recettes de soupes japonaises : miso, soba et ramen

Au Japon, il est difficilement concevable de prendre un repas sans que celui-ci ne soit composé d’une soupe. La soupe miso, sa déclinaison la plus populaire, est d’ailleurs considérée comme un plat aussi essentiel que le riz. On la décline en de nombreuses recettes, prouvant encore une fois que la cuisine nipponne est extrêmement variée, nutritive mais aussi équilibrée.

Dans cet article, nous vous partageons tous les secrets des soupes japonaises. Leur place dans la gastronomie japonaise, les ingrédients qui la composent (à commencer par la fameuse pâte de miso), mais aussi nos délicieuses recettes, qui vous permettront de voyager en quelques cuillerées seulement au pays du soleil levant.

Liste d’ingrédients pour préparer une soupe miso maison

Pour préparer une délicieuse recette de soupe miso (qui régalera 6 personnes), voici les ingrédients dont vous avez besoin :

  • 250 grammes de tofu ;
  • 6 feuilles de nori (des algues sèches) ;
  • 2 champignons (shiitake ou de paris) ;
  • 1 cébette (ou ognon nouveau) ;
  • 100 grammes de pâte miso ;
  • 13 cl de dashi (que vous pouvez préparer vous-même en suivant cette recette, ou acheter déshydraté dans les épiceries asiatiques) ;
  • du sel et du poivre.

La plus célèbre des soupes japonaise : la soupe miso

Parmi toutes les soupes japonaises, la soupe miso est certainement la plus populaire. Servie dans les restaurants nippons à l’étranger, elle est considérée comme une entrée classique à un repas qui peut être composé de sushi ou d’un plat de riz/nouilles. En réalité, elle est consommée pendant tout le repas au Japon et est plus considérée comme une boisson qu’un plat. D’ailleurs, elle peut même être bue le matin, comme petit-déjeuner.

Fabriquée à base de pâte miso, une préparation à base de graines de soja fermentées, puis écrasées et mixées avec d’autres céréales comme le blé, l’orge, le riz ou l’avoine, c’est un symbole de la gastronomie nipponne. Le goût très prononcé du miso aurait d’ailleurs inspiré les japonais à créer le mot « umami », qui décrit une saveur entre le sucré et le salé, l’acide et l’amer.

Quelle est la meilleure recette de soupe japonaise ?

Presque intraduisible, sa particularité est de faire ressortir le goût des autres aliments. C’est d’ailleurs ce qui la rend indispensable à la préparation d’une soupe puisqu’elle s’accorde parfaitement avec de la viande, mais aussi des légumes ou encore du tofu. Très facile à cuisiner et à intégrer dans différentes recettes, la pâte miso est donc un ingrédient essentiel de la cuisine japonaise.

Les origines de la soupe miso

Le miso est en réalité un ingrédient chinois (dont le nom d’origine est « Chiang »), qui aurait été importé au Japon au cours du 7e siècle, par des moines bouddhistes. Adapté à la cuisine japonaise (en le mélangeant à du riz, notamment), le miso est rapidement devenu un ingrédient populaire de la cuisine domestique, mais aussi pour les samouraï qui le consommaient pour reprendre des forces.

Le miso était même utilisé pour reverser ses impôts à l’empereur, mais aussi dans la médecine traditionnelle. Ce n’est qu’autour du 17e siècle que sa fabrication commença à s’industrialiser, avant de s’exporter à travers le monde, forte du succès de la cuisine nipponne à l’étranger.

Même si elle s’est modernisée, la fabrication du miso reste un procédé assez complexe (que l’on pourrait rapprocher de celle du fromage, par exemple). Malgré son industrialisation, elle reste assez naturelle et nécessite une double fermentation des grains de soja, qui sont préalablement cuits avant d’être broyés. Mixée avec une seconde préparation à base de céréales fermentées, mais aussi de champignon qui sont à l’origine de cette fermentation, on y ajoute également de l’eau, du sel et des levures. Il faut ensuite attendre plusieurs jours pour que le miso soit suffisamment mature pour être consommé. Mais certaines pâtes maturent pendant plus de 3 ans.

Pourquoi on peut abuser de la soupe miso ?

La soupe miso présente de nombreux bienfaits pour notre santé. C’est notamment le procédé de fermentation qui permet d’obtenir la pâte miso qui favorise le développement des enzymes qui vont faciliter votre digestion. Mais ce n’est pas tout. On retrouve également dans sa composition de l’algue séchée, qui permet de booster nos défenses immunitaires, ou encore du tofu, une excellente source en protéines végétales.

L’autre avantage de la soupe miso, et qui explique certainement l’excellente santé des japonais de manière générale, est qu’elle est très peu calorique. C’est en effet le miso et le bouillon savoureux qui la composent qui vont lui donner son goût si savoureux, sans pour autant nécessiter de produits trop riches.

Recette de soupe japonaise : nos meilleures variations

Il existe des centaines de recettes de soupes japonaises. Nous avons décidé dans cet article de vous présenter les plus populaires, mais aussi les plus savoureuses. A vous de les retester à la maison et d’explorer les possibilités infinies que présente ce plat, revisité à la sauce nipponne.

Soupe miso authentique

Pour préparer cette recette de soupe miso, référez-vous à la liste des ingrédients présentée plus haut.

Quelle est la vraie recette de la soupe miso ?

  • Commencez sa réalisation en portant à ébullition un litre d’eau, légèrement salée et poivrée. Versez ensuite le dashi déshydraté, puis la pâte miso. Mélangez bien et laissez mijoter pendant 15 à 20 minutes, à feu moyen.
  • Pendant ce temps, détaillez le tofu en petits dés. Epluchez et émincez la cébette, et découpez l’algue séchés pour former de fines lamelles.
  • Ajoutez ces trois ingrédients dans votre bouillon, remuez et laissez mijoter pendant 10 minutes supplémentaires, à feu doux.
  • Terminez cette recette de  soupe en découpant vos champignons (si vous utilisez des champignons de Paris, n’oubliez pas de les éplucher).
  • Versez la soupe chaude dans des petits bols. Ajoutez les champignons et dégustez immédiatement.

Soupe de poulet japonaise

Pour réaliser cette recette de soupe de poulet à la nipponne (qui nourrira 4 personnes), prévoyez :

Comment préparer une soupe au poulet japonaise ?

250 grammes de nouilles de riz ;
60 cl de bouillon de poulet ;
500 grammes de poulet ;
2 carottes ;
200 grammes de pois gourmands,
100 grammes de chou chinoi ;
200 grammes de pousses de bambou ;
100 grammes de champignons shiitake ;
3 cuillères à soupe de mirin ;
2 cuillères à soupe de vinaigre de riz ;
3 cuillères à soupe de soja ;
le jus d’un citron

  • Commencez par préparer la veille votre sauce Ponzu en portant à ébullition pendant moins d’une minute le mirin (pour le débarrasser de l’alcool), puis en mélangeant hors du feu le soja et le vinaigre de riz. Réservez au frais jusqu’au lendemain.
  • Submergez les nouilles de riz dans de l’eau froide pendant une dizaine de minutes (ou la durée indiquée sur l’emballage) avant de les égoutter.
  • Dans une grande casserole, faites réchauffer le bouillon de volaille (si possible préparé maison avec une carcasse de poulet, un bouquet garni, une carotte et un ognon). Ajoutez les morceaux de poulet préalablement découpés et laissez mijoter pendant 10 à 15 minutes.
  • Ajoutez ensuite les carottes émincées et faites cuire pendant 5 minutes. Versez ensuite les pois gourmands et le bambou (2 minutes de cuisson), puis le chou et les champignons (2 minutes de cuisson).
  • Pour finir, ajoutez les nouilles. Laissez-les se réchauffer au contact du bouillon chaud pendant 2 à 3 minutes. Puis retirez du feu.
  • Servez la soupe dans de grands bol, et la sauce ponzu dans de petites coupelles que vos convives pourront ajouter à leur convenance. Dégustez immédiatement.

Soupe de soba au chou

Pour cette recette de soupe de soba au chou, que vous pouvez servir en plat principal pour 4 personnes, prévoyez les ingrédients suivants :

250 grammes de nouilles soba (au sarrasin) ;
1 demi chou chinoi ;
2 cébettes ;
2,5 litres de bouillon de légumes ;
4 cuillères à soupe de sauce soja ;
2 cuillères à soupe de mirin ;
4 cuillères à soupe de levure maltée ;
de l’huile de sésame.

  • Faites chauffer le bouillon dans une casserole. Portez à ébullition.
  • Détaillez les légumes en gros morceaux pour le chou et émincez les cébettes. Ajoutez à votre bouillon avec le reste des ingrédients, à l’exception de vos nouilles japonaises.
  • Faites cuire les soba (en suivant les instructions données sur le paquet) dans de l’eau bouillante. Egouttez avant de rincer à l’eau froide pour bien stopper la cuisson.
  • Une fois que le chou sera bien cuit (entre 30 et 35 minutes de cuisson à feu moyen), ajoutez les nouilles soba et versez dans de grands bols. Dégustez bien chaud.

Recette de Tantanmen

Cette dernière recette de soupe japonaise est une spécialité du Sichuan (plus connue pour son poivre très parfumé). Réalisée avec un bouillon très relevé au sésame, du porc épicé et des nouilles, c’est la recette idéale pour ceux qui aiment les plats légèrement piquant. Prévoyez uniquement un bon bouillon de volaille, maison de préférence) et commencez la préparation un jour en avance pour un résultat encore plus savoureux. Le résultat en vaut la chandelle !

Recette soupe japonaise : comment préparer la fameuse soupe miso ?

Ingrédients pour deux portions

200 grammes de chair à saucisse ;
1 cuillère à café de gingembre frais râpé ;
de la ciboulette ;
2 gousses d’ail ;
1 cuillère à soupe de sauce soja ;
1 cuillère à soupe de saké ;
30 grammes de miso ;
1 cuillère à café de doubanjiang (une pâte japonaise piquante) ;
une pincée de sucre ;
de l’huile de sésame.

Pour le bouillon :

une carcasse de poulet ;
1 poireau ;
un gros morceau de gingembre ;
des champignons déshydratés ;
du kombu séché.

Pour dresser :

200 grammes de ramen ;
de la ciboulette ;
2 cuillères à café de vinaigre de riz ;
de l’huile piquante de Sichuan ;
2 cuillères à café de sauce soja ;
100 grammes de Pak choi (ou d’épinards frais)

La préparation du bouillon

  • Préparez votre bouillon de préférence la veille. Commencez par faire revenir les légumes et aromates dans de l’huile. Ajoutez ensuite la carcasse de poulet et recouvrez d’eau. Salez légèrement et portez à ébullition (en écumant si nécessaire). Une fois que l’eau commencera à bouillir, baissez à feu doux et laissez frémir pendant une heure. Retirez ensuite le kombu et laissez mijoter 2 heures de plus. Goûtez régulièrement et ajoutez de l’eau si nécessaire, ou si vous préférez un bouillon plus léger.
  • Filtrez ensuite le bouillon au chinoi et réservez.

Préparation de la soupe

  • Le lendemain, faites cuire le chou dans de l’eau bouillante (pendant 3 minutes environ). Egouttez et réservez.
    Dans une grande casserole, faites revenir le gingembre, l’ail et la ciboule dans de l’huile de sésame. Ajoutez ensuite la viande et laissez brunir. Versez ensuite la sauce soja, le miso, la pâte relevée, le sucre et le saké.
  • Remuez bien et laissez dorer votre viande pendant une dizaine de minutes.
  • Faites cuire vos ramen en suivant les indications données sur le paquet. Égouttez puis passez à l’eau froide pour stopper la cuisson. Réservez.
  • Faites réchauffer le bouillon, sans pour autant le faire bouillir. Ajoutez ensuite la pâte miso, la sauce soja et le vinaigre. Remuez bien pour diluer le miso.
  • Dans chaque bol, répartissez les ramen, le chou, la viande, puis recouvrez de bouillon. Pour finir le dressage, ajoutez un peu de ciboule (ou de la coriandre) et un filet d’huile piquante Sichuanaise.
    Dégustez bien chaude !

Leave a Reply