Les meilleures recettes de Noël dans le monde

Quelle est la meilleure recette de Noël : tour du monde des repas de fin d'année.

Noël est une tradition à laquelle il est difficile d’échapper si vous vivez dans un pays de tradition catholique. En fin d’année, les tables sont en effet pris d’assaut par les volailles (farcies selon des recettes locales), les fruits de mer et les biscuits, qui vont régaler toutes la famille, des anciens aux plus petits.

Si on connait plutôt bien les traditions françaises et notre amour de la bonne chair quand vient Noël, les habitudes de nos voisins européens, mais aussi dans d’autres pays du monde nous sont plus étrangères. Découvrez-les dans ce tour du monde des meilleures recettes de Noël !

En France : un noel sophistiqué entre dinde et fruits de mer

Difficile d’évoquer une recette de Noël sans la fameuse dinde aux marrons, qui sera souvent la star de votre table. Pourtant, les fêtes de fin d’année sont une bonne occasion pour déguster des plats qu’on n’a moins l’habitude de manger, et notamment les fruits de mer, comme les Saint-Jacques (poêlées ou gratinées dans leur coquille), le homard, les langoustes, mais aussi les huîtres et le saumon.

Pour le plat principal, la volaille est bien souvent à l’honneur, notamment la dinde, mais aussi le chapon (plus gros et gras que la première). Les français adorent également le gibier (comme un filet de biche en croûte, ou du chevreuil accompagné d’une sauce grand veneur). Parmi les autres recettes de Noël les plus appréciées, on retrouve également le bœuf, cuisiné en croûte ou rossini, c’est à dire accompagné d’une tranche de foie gras poêlé.

Après un beau plateau de fromages (selon votre terroir, mais surtout vos préférences), on termine le repas de Noël par une délicieuse bûche. Préparée avec un biscuit moelleux, recouvert d’une ganache au chocolat ou aux fruits, c’est la touche finale de fêtes de fin d’année réussies.

En Allemagne : beaucoup de délices sucrés

Noël est une tradition particulièrement importante en Allemagne, qui se prépare dès le début du mois de décembre, avec le fameux calendrier (et la couronne) de l’Avent. Les plus petits y ouvrent une nouvelle fenêtre chaque jour avant Noël pour y trouver un chocolat qui leur permettra de patienter jusqu’au réveillon. La Saint Nicolas est une autre étape importante pendant laquelle on prépare des bottes remplies de friandises, mais aussi le Stutenkerl : une brioche en forme de petit bonhomme, agrémentée de fruits secs.

Que mangent les allemands à Noel ?

Quand vient le jour de Noël, on occupe les enfants avec de petits gâteaux pour finir les préparatifs. Avant de passer en cuisine, les adultes se réunissent autour du Kaffee-Kuchen, une pause café pendant laquelle on déguste le traditionnel Christstollen, un gâteau de Noël très gourmand. Lorsque toute la famille passe à table, on commence généralement par des quenelles de volailles, puis c’est autour de l’oie de Noël que l’on se réunit, accompagnée le plus souvent de chou rouge et de pommes rôties.

Mais c’est surtout le dessert qui retient l’attention des allemands, qui ont une nette préférence pour les mets sucrés, et en particulier pour les biscuits, dont certaines recettes ne sont réalisées que pour les fêtes de fin d’année. Confectionnés pendant tout le mois de décembre, ils prennent la forme de sapin ou de Père Noël, et sont parfumés à la cannelle, la cardamome, la vanille ou encore l’anis. Les petits mettent eux aussi la main à la pâte, les recouvrant de sucre glace ou d’un nappage au chocolat. Parmi les recettes les plus appréciées, on retrouve les spéculos, mais aussi le pain d’épice, ou encore les Marzipankartoffeln, des petites pommes de terre faites de pâte d’amande. Le gâteau traditionnel est quant à lui préparé comme un cake, agrémenté de fruits confits, d’épices, de rhum et recouvert de sucre glace.

Le repas de Noël en Autriche

Les autrichiens ne plaisantent pas avec Noël, qu’ils considèrent comme la fête familiale la plus importante. Elle commence avec le premier dimanche de l’avent, un peu comme en Allemagne, et se prolonge tout le mois au grès des marchés artisanaux, pendant lesquels on mange des biscuits à la cannelle et des Kekse, des petits gâteaux au beurre, parfumés à la vanille ou à la confiture et dégustés avec un café à la crème de Chantilly.

Le repas de Noël commence quant à lui le 24 décembre midi, autour d’une collation plutôt légère puisque les autrichiens préparent généralement une carpe, ou même une simple soupe. Le repas du soir est lui aussi plutôt sommaire, à base de poisson. Comme leurs cousins allemands, c’est surtout au dessert que l’on fait des folies, puisque les autrichiens adorent les biscuits, dont chaque famille a le secret. Les repas du 25 et du 26 sont eux aussi plus riches, avec comme plat principal une dinde ou un chapon farci.

En Angleterre : on ne rigole pas avec Noël

Noël est également une tradition très importante au Royaume-Unis. Si vous pensiez qu’on s’y contentait de manger de la jelly insipide, ravisez-vous. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les anglais sont des fins gourmets et aiment préparer des plats complexes et savoureux, pour régaler toute la famille. Autour d’une table décorée de rouge et de vert, et après avoir changé les fameux « carols » (l’équivalent de nos chants de Noël), le repas de Noël britannique commence généralement par une soupe d’huîtres.

Que mangent les anglais à Noel ?En plat principal, les anglais raffolent de la dinde farcie aux marrons, qui est accompagnée de nombreux légumes en macédoine et de différentes sauces, notamment aux airelles. Pour varier les plaisirs, on peut même en préparer deux, la première étant bouillie, la seconde rôtie au four. Après la dinde, c’est la distribution des cadeaux pour les plus petits, et le plateau de fromages pour les plus grands, notamment le Stilton, un fromage bleu très goûtu.

Le repas se finit bien évidemment par un Christmas pudding, un gâteau préparé traditionnellement avec des fruits confits, macérés pendant plusieurs mois avant Noël, et recouvert d’un glaçage blanc très sucré, avant d’être recouvert d’une sauce chaude à base d’alcool. Il est servi avec le thé, ou un petit verre de Porto, bu à la santé de la Reine, bien sûr.

Au Mexique : des fêtes très caliente

Si les mexicains n’ont pas de Père Noël, les fêtes de fin d’année reste très importantes dans un pays où la religion tient une place toujours aussi prégnante. Elles s’étalent d’ailleurs du 16 au 24 décembre, retraçant le pélerinage de Marie et Joseph jusqu’à Bethléem. Parmi les rituels de Noël les plus populaires au Mexique, on retrouve la réalisation de la crèche, mais aussi le moment où les enfants brisent la pinata pour en libérer des fruits (notamment des clémentines), des fruits secs et des bonbons. Pour le repas de Noël, on prépare généralement une dinde farcie de raisins secs et de petits légumes, accompagnée d’une salade de pommes vertes. Pour le dessert, c’est les bunuelos qui sont à l’honneur, de délicieux beignets sucrés et légèrement croustillants, dégustés avec du thé chaud.

En Belgique : les champions de la tradition

Nos voisins belges adorent tellement Noël que les festivités s’étalent sur pratiquement tout le mois de décembre. Elles débutent en effet lors de la Saint Nicolas (où les enfants préparent un bon verre de bière pour le Saint, et des carottes pour ses ânes), pour finir avec le réveillon du Nouvel an.

En Belgique, on mange la recette de Noël en famille, autour de viandes de gibier qui proviennent des forêts au sud du plat pays (même si la dinde farcie est elle aussi très populaire). Parmi les nouvelles lubies des belges, on retrouve également la viande de kangourou et d’autruche, qui s’incruste sur les tables de fête. Les recettes de Noël changent selon les régions. Si au sud on préfère le boudin (au chou vert et aux tripes), les habitants de Liège préfèrent quant à eux la boukète, une crêpe aux pommes et frites dans du beurre. A l’Est, c’est la choucroute qui prime, et dans les Ardennes, on prépare une tourte à la viande de porc marinée aux épices, dégustée chaude ou froide.

Un bonne recette de Noël ne serait pas complète sans une bière spécifique à cette période. La tradition des bières de Noël remonte au 19e siècle, et est toujours perpétuée dans les villages. On garde le meilleur orge pour préparer des bières plus alcoolisée, mais aussi plus créatives, permettant ainsi aux petites brasseries de se faire connaître. Pour finir les festivités, on déguste des spéculoos, du massepain et une bûche de Noël généralement préparée avec des noisettes et un nappage au chocolat.

Comment fête-t-on Noël en Norvège

Le repas de Noël est une tradition à laquelle tiennent beaucoup les Norvégiens. La recette de Noël la plus populaire est certainement le travers de porc, mais on se régale également de morue (marinée dans de la soude, de cabillaud, de dinde ou de côtes de mouton séchées. Le tout est accompagnée d’une bière de Noël, généralement plus alcoolisée que les bières classiques, ou un vin chaud épicé, le glog, préparé avec du vin rouge.

De quoi est composée la recette Noel Norvégienne ?

Les norvégiens sont cependant plus friands de sucreries pour les fêtes de fin d’année. On déguste le plus souvent un riz au lait (pour imiter les lutins du Père Noël, à qui on en prépare d’ailleurs une assiette), servi avec une sauce aux fruits rouges. Ils se régalent également d’amandes grillées, ou de massepain aux formes évoquant les décorations de Noël.

Recette de Noel : découverte des traditions américaines

Les américains sont plus connus pour célébrer Thanksgiving que Noël, dont les recettes ressemblent beaucoup à ce que nous pouvons manger pendant les fêtes de fin d’année. Très ancré dans l’histoire du pays, et en particulier l’époque des migrants de première génération, les assiettes sont généralement remplies d’aliments que l’on mangeait alors, sans chercher une extrême variété dans les plats.

A Noël, on prépare donc généralement de la dinde (fumée ou frite), des côtes de bœufs (ou ribs, en anglais) et du jambon de Noël (cuit avec de l’ananas et des cerises). Le tout est servi avec une purée de pomme de terre, de la citrouille, des légumes racines (notamment des navets et des carottes rôties), mais aussi des patates douces et de petits choux de Bruxelles et bien sûr, la fameuse sauce aux airelles et un bouillon de viande épais.

Bien entendu, chaque région à ses spécialités de Noël. En Virginie, on sert donc très souvent des huîtres cuites au four, tandis que dans le Minnesota, les migrants norvégiens ont rapporté la tradition du Lutefisk, un poisson typique des pays scandinaves. Dans les régions plus rurales, c’est le gibier (comme la perdrix ou le cerf) qui est à l’honneur. Et pour les états côtiers, on privilégie les fruits de mer, notamment les crevettes.

Les meilleures recettes de Noël grecques

Les grecs célèbrent eux aussi le réveillon de Noël le 24 décembre. Ce repas, pris en famille, signe d’ailleurs la fin d’une période plutôt maigre, un peu comme notre carême. Les repas sont cependant bien différents de ce que l’on peut retrouver dans nos assiettes. On déguste en effet les mezzés, assortiment de petites portions qui permettent de goûter de tout, et facilitent le partage. Si la dinde est préparée dans certains foyers, elle sera cependant rôties avec des aromates fraiches (notamment de l’origan et du thym), et une bonne huile d’olive extra-vierge.

Que mange-t-on à Noel en Grèce ?

Les grecs préfèrent cependant la viande de porc ou d’agneau, et les abats grillés. Il n’est pas rare non plus de retrouver à table de la soupe de poulet, servie avec un œuf et du citron. Parmi les recettes de Noël les plus populaires, on retrouve également la feuille de chou farcie (qui remplace celle de vigne qu’on ne mange qu’en été).

Pour le dessert, on oublie la bûche, à laquelle on préfère les biscuits, préparés en quantité par les grands-mères grecques. Parmi les plus connus, il faut citer les Kourabiedes, au beurre et aux amandes, parfumés à la fleur d’oranger ou au cognac, mais aussi les Melomakarona, préparés avec du miel et des pistaches. On oublie pas non plus de boire un bon verre de Raki, une liqueur à l’anis, qui remplacera parfaitement notre vin chaud.

Fêter Noël comme un finlandais

Les finlandais raffolent de Noël, qui vient apporter un peu de gaité à des hivers généralement très longs, et très froids. C’est un moment convivial, pendant lequel on partage un repas avec les amis, et où l’on boit beaucoup de glögi, l’équivalent de notre vin chaud. Les recettes de Noël finlandaises sont principalement composées de poisson (notamment le saumon, préparé cru en « gravlax » et le hareng), qui sera cuit au four ou préparé en gelée (un peu comme des aspics). Les finlandais raffolent également d’oeufs de poisson, notamment de lavaret. Ils raffolent également de morues, cuite au four et servie avec une sauce béchamel.

Les amateurs de viande ne seront pas en reste, puisque une excellente recette de Noël finlandaise peut également être préparée avec du jambon (en pâté ou en croûte) ou des saucisses, servis avec un bon gratin de légumes (notamment de rutabagas ou de carottes). En dessert, on dégustera généralement la joulutorttu ; une tarte à la confiture de prune, mais aussi du porridge de riz ou des petits biscuits parfumés aux épices.

Comment fête-t-on en Lituanie ?

Noël est aussi une période très importante en Lituanie, pendant laquelle on fait le ménage de fond en comble avant d’accueillir la famille. La cuisine lituanienne est traditionnellement maigre, puisque les plats de fin d’année ne sont pas composés de viande, mais de légumineuses et de céréales. On attend que la nuit tombe pour se mettre à table (recouverte de paille et d’une nappe blanche pour symboliser la naissance de Jésus).

On commence par proposer aux convives du pain et des hosties, avant de passer aux plats principaux, toujours sans viande mais avec du poisson (notamment du brochet et du hareng). Le tout est accompagné d’un porridge salé, de légumes sautés, de choix et de champignon, mais aussi d’un potage de betteraves et de pommes de terre écrasées. Traditionnellement, la table doit accueillir 12 plats, censés représenter les 12 apôtres de Jésus. Toute la famille s’y regroupe, mais on laisse également une place pour les défunts, et un indigent qui doit pouvoir partager le repas de Noël avec toute la famille.

Après un repas pris en silence (et sans alcool) et le partage des cadeaux, on passe aux douceurs avec une gelée d’airelles et un lait parfumé aux graines de pavots dans lequel on va tremper ses biscuits de Noël. Le repas du 25 est quant à lui un peu plus copieux, puisqu’on y retrouve de la viande (de porc, le plus souvent). On va en effet préparer de la tête de cochon, du cochon de lait, des saucisses ou du jambon de Noël. Pour finir les festivités, les convives ont le choix entre des beignets (les Spurgos), des biscuits, un flan aux canneberges ou un gâteau à la levure.

Noël en Roumanie

En Roumanie, on fête Noël (ou Craciun en roumain) en grandes pompes. Cette fête religieuse a gardé tout son folklore, arborant les couleurs roumaines, le noir, le rouge et le blanc que l’on retrouve sur les parures des enfants, dans le sapin, en décoration de table, ou dans les rues le soir de Noël.

Quel est le repas de Noel en Roumanie ?

La principale recette de Noël préparée et dégustée pour les fêtes de fin d’année est le porc, qui est sacrifié quelques jours avant le réveillon, avant d’être préparé pour obtenir du jambon fumé et autres charcuteries typiquement roumaines. En entrée, on déguste généralement ses pieds, ses oreilles et sa tête en gelée. Le tout est accompagné d’une salade de betterave et de raifort, légèrement assaisonnée de vinaigre et de sucre. On peut également préparer des saucisses fraiches (frites ou grillées), avec des cornichons et du piment. Le boudin et la salade de bœuf sont deux autres spécialités confectionnées spécialement à Noël. Relevée d’olives, de piments et de tomates vertes, la salade est servie avec des légumes frais en saumure, et liée à la mayonnaise.

Pour le plat principal, on sert en Roumanie une délicieuse recette de Noël : une soupe de légumes agrémentée de boulette de porc, des feuilles de choucroute farcies à la viande et à la polenta, ainsi qu’un rôti de porc en saumure et des salades fraiches. Pour finir le repas de Noël, on prépare des brioches farcies aux fruits secs (le plus souvent préparée par les femmes). Cette dernière est généralement parfumée à la vanille et au rhum. On adore également la bouillie de blé, sucrée aux noix et aux épices.

Le tout est dégusté avec de l’eau de vie généralement très alcoolisée (aux prunes le plus souvent) ou du vin rouge roumain.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*